Sexothérapeute et Thérapie de couple à Montélimar

06 87 24 79 23
La théparie de couple

La théparie de couple

(séance de 1h15)

Ma méthode

Ici j'interviens en tant que sexothérapeute, les séances sont dynamiques, le temps de parole est distribué de manière équitable entre chaque membre du couple.
Chacun va pouvoir exprimer ses doutes, ses souffrances, ses peurs face à son conjoint.
La présence d'un tiers neutre quant à sa position de thérapeute permet à chacun d'oser exprimer ce qu'il n'a pas pu dire à l'autre au sein de la relation quotidienne.
La question sera de savoir où va le désir de chacun, pourquoi n'est-il plus là, pourquoi la relation s'est-elle dégradée ?
Comment ramener une cohésion, comment le couple doit il se reformuler, se redéfinir pour que chacun puisse s'épanouir au côté de l'autre.

Faire face à la réalité du couple ici et maintenant :

  • ce qu'il était

  • ce qu'il n'est plus

  • ce qu'il est

  • ce qu'il peut devenir

Les difficultés rencontrées par les couples

  • Un couple au bord de la séparation, en plein divorce qui a besoin de prendre du recul afin de valider ou non cette décision irréversible

  • Des problèmes au niveau de la sexualité : manque de désir, complexes inhibiteurs, envies différentes

  • Des difficultés de communication, un des membres qui ne sait pas se faire entendre, un autre qui prend beaucoup de place, qui décide de tout, un déséquilibre dans les rapports au quotidien

  • Des conflits, des disputes, des tensions, des frustrations

  • La jalousie, l'infidélité, les fantasmes

  • Les difficultés d'engagement

Qui suis-je ?
Les femmes en sexothérapie

Les femmes en sexothérapie

De nombreuses raisons peuvent amener les femmes en particulier à venir consulter une psychanalyste sexothérapeute.
Plus précisément, des troubles dans le domaine de la libido peuvent déclencher la nécessité de venir parler avec une personne compétente dans les raisons psychologiques ayant entrainé cette perte progressive de désir autour de la sexualité dans le couple ou en solo.

De nombreux facteurs peuvent entrainer cette dégradation du désir, on peut évoquer par exemple l'arrivée d'un enfant, la lassitude, la fatigue, la ménopause, les traumatismes.
Dans la société occidentale on commence à peine à remettre en question ce qui semblait une fatalité: les femmes aimeraient-elles moins le sexe que les hommes? Seraient-elles plus intéressées par les tâches ménagères, leurs enfants, leur travail?

Les différents mouvements allant à l'inverse de ces stéréotypes tels que le féminisme, le mouvement meetoo, les questions relatives aux problématiques de genre, l'apparition d'une sexualité homosexuelle, bisexuelle ou autres autorisées et assumées, viennent remettre en question cette vision patriarcale de la sexualité. Posant véritablement la question aux femmes de l'origine de leur désir, de l'évolution possible de celui-ci, de leurs véritables envies en la matière, les choses commencent à changer et l'éducation des jeunes femmes peut enfin sortir des interdictions d'être en désir et des recommandations uniquement basées sur la peur et les dangers de la sexualité.

J'invite les femmes de tout âge à venir consulter ici ou ailleurs lorsqu'elles rencontrent ces douloureux questionnements autour de leur désir.
Qu'il s'agissent de conséquences de traumatismes autour d'agressions sexuelles ou simplement de troubles liés à notre culture inhibitrice du désir de la femme, il est possible souvent d'en faire quelque chose, d'y remédier, de s'émanciper, de s'autoriser.

LGBTQIA bienvenu(e)s.